Un modèle économique alternatif et émancipateur

Un grand philosophe jamaïcain a dit: “Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.”

Keskonfai adhère à cette philosophie. Son but n’est pas de générer de l’argent mais de créer du lien social. Mais pour que la plateforme puisse fonctionner et remplir son rôle social, il faut investir pour:

  • concevoir, développer et tester le logiciel
  • maintenir une infrastructure logistique et offrir un support
  • faire de la communication

Comme n’importe quelle entreprise, sociale et solidaire ou non, il n’y a de pérennité sans comptes équilibrés. Voici donc le modèle économique que nous avons imaginé pour conquérir le monde sans perdre notre âme.

Des revenus équitables

Les plateformes existantes sont financées soit par la commercialisation des données personnelles, soit par des commissions. Fatalement, leur objectif diverge de celui des utilisateurs. La commercialisation des données personnelles est source d’entrave à la vie privée et aux libertés individuelles. Bien souvent, si c’est gratuit, c’est vous le produit! Les sites basés sur ce modèle feront en sorte que vous passiez le plus de temps possible à naviguer, mélangeant avec plus ou moins de subtilité les publicités et les contenus authentique. Ces sites chercheront à vous garder captifs, quitte à vous couper d’une partie de vos relations. Un algorithme ou un éditorialiste choisira quel contenu vous verrez. En contrepartie de la gratuité, vous aliénez votre libre-arbitre. Quant aux commissions, elles tendent à faire grimper les prix. Cette commission, quelqu’un doit bien la payer. Ce quelqu’un, c’est vous! Et vous subissez, financièrement et en confort d’utilisation, les efforts fait par la plateforme pour s’assurer de percevoir sa commission, par exemple censurer les coordonnées personnelles et les liens vers des sites externes.

Le choix de Keskonfai, c’est le prix libre: les organisateurs d’événements contribuent librement aux frais de la plateforme en fonction du service perçu et de leurs moyens financiers. Ainsi, les intérêts des utilisateurs et ceux de la plateforme se rejoignent, se confondent.

C’est le modèle qui nous semble le plus juste et le plus durable. C’est un modèle qui met l’humain au cœur de son fonctionnement, un humain libre de ses choix et responsable. C’est un modèle qui bien qu’atypique a fait ses preuves et a le vent en poupe.

Une sobriété heureuse appliquée aux dépenses

Nous recherchons à obtenir un effet maximum avec un minimum de moyens.

Le lancement de la plateforme est possible grâce au fait que :

  • le logiciel utilisé, Mobilizon, est développé par Framasoft sous licence libre (comme un médicament générique: le coût est moindre)
  • au niveau de la communication, nous privilégions le contact direct et le bouche à oreille (plutôt qu’une coûteuse campagne de marketing nationale)

La sobriété économique est une contrainte. Et comme le disait Antoine de Saint-Exupéry, “La contrainte te délivre et t’apporte la seule liberté qui compte.” La liberté et la contrainte sont intimement liées: le cerf-volant ne peut voler ni sans air, ni sans corde.

Imaginez que vous travailliez dans un atelier de production de chocolat (ou d’autre chose que vous aimez par dessus tout) et que vous y ayez accès tout le temps, sans aucune limite de quantité. Combien de temps cette surabondance serait-elle excitante? Est-ce qu’elle augmenterai votre amour du chocolat, ou au contraire le déprécierait à vos yeux? Maintenant imaginez n’avoir qu’un carré de chocolat par mois. Quel goût aurait cet unique carré de chocolat?

La sobriété économique est une belle contrainte: elle nous pousse dans la direction de l’écolonomie, du contact humain et de l’utilité sociale, qui sont des directions où nous souhaitons aller.