On critique toujours les médias. Mais certains méritent mieux que d’autres, beaucoup mieux ! Encensons les pour changer un peu.

Causette

D’après Wikipédia,

ce magazine mensuel a la volonté de considérer les femmes non comme des consommatrices mais comme des êtres sociaux doués d’intelligence et de subjectivité, intéressés par le monde qui les entoure et envieux de passer un bon moment.

Bref, ce journal peut aussi être lu par les hommes :) N’empêche que sa devise est « plus féminine du cerveau que du capiton ! » Sa ligne éditoriale privilégie l’enquête journalistique, le reportage, le portrait et l’interview, avec humour et sur un ton décalé. Si vous ne savez pas où le trouver chez votre marchand de journaux (plutôt à côté de Biba ou de Courrier International ?), il suffira de lui demander.

Fakir

Ah, cette fine fleur de pensée, à laquelle il suffit de quinze euros pour s’abonner à l’année (mais vous pouvez aussi payer plus)!

Une contre-information rigolote sur la forme mais sérieuse sur le fond, combative mais pas sectaire

Fakir met en lumière des sujets sensibles : les magouilles légales autour de la surpêche, la galère des travailleurs pauvres, … Des sujets au sujet desquels notre réaction première peut être de détourner le regard. Mais Fakir, avec douceur, sans transigeance, arrive à mettre les faits en lumière et à mettre le lecteur, non pas dans une situation de privilégié coupable de passivité, mais dans la place d’un acteur potentiel, qui comme tout un chacun a les moyens de changer la donne. Le visage de Fakir, c’est François Ruffin, l’actuel député qui soutient notamment l’interdiction des vols intérieurs effectués de manière aussi efficace en train… Il a également mis sur pied le film « Merci Patron » qui mérite d’être vu.

Ploum.net

Visions du futur et analyses du présent

Ecrivain numérique (pour ne pas dire blogueur), Lionel « Ploum » Dricot est à la fois geek et communicant (c’est assez rare pour mériter d’être souligné). Il est la voix du logiciel libre en Belgique et sa notoriété dans le domaine s’étend à toute la francophonie. Et il aborde des thèmes bien plus universels que la technologie. En général, Ploum commence par sa conclusion, un peu provoc’, puis développe avec humour un raisonnement original et juste qui la prend complètement à contre-pied, amenant le lecteur à réfléchir tout en passant un bon moment.