Quand on pense aux festivals, on pense tout de suite au bon millier de festivals de musiques actuelles qui rythment la période estivale.

Mais il en existe tant d’autres! Ils ont en commun leur caractère festif, le fait d’être organisé chaque année à la même période et de rassembler pendant un ou plusieurs jours autour d’une activité liée au spectacle, aux arts, aux loisirs.

En voici quelques exemples que nous affectionnons particulièrement. A vous de trouver le festival de vos rêves, ou bien pourquoi pas de le monter!

Festival du Roc Castel - Eloge du voyage lent

Eloge du voyage lent

Site internet: festival-roc-castel.eu

Le joli petit village du Caylar, de lieu de passage, est devenu un lieu de destination grâce à cet incroyable festival. Pendant six jours fin juillet, voyageurs de tous poils et festivaliers se rencontrent, se mélangent, échangent et festoient. Ce festival est en lui-même un voyage immobile, car en y participant on découvre des destinations parfois mieux qu’en s’y rendant! Le rêve est à portée de tous, car le festival est gratuit.

Nombreux sont les marcheurs, cyclistes, cavaliers qui traversent le Larzac et passent au Caylar. Ils nous ont inspiré le thème du ‘‘voyage lent’’. Ce festival a ainsi été imaginé en hommage à tous ceux qui ont choisi de voyager sans hâte pour privilégier la rencontre des autres et la découverte curieuse des pays qu’ils traversent. Nous vous invitons donc à rencontrer des voyageurs singuliers, aventuriers aux grands défis ou arpenteurs des petits chemins, pour qui le trajet compte autant que la destination.

Biberon Festival

Biberon Festival

Site internet: www.asca-asso.com

Pendant un peu plus d’une semaine, début février, un programme très varié permet aux petits bouts de zéro à trois ans de faire leurs premiers pas dans la culture. Les parents sont émerveillés à la fois par la qualité du programme et par la réceptivité des bébés. Certains ne marchent ni ne parlent, mais ressentent visiblement des sensations fortes.

Cinéma, musique, danse… Les spectacles et ateliers se déroulent dans des lieux intimistes avec une jauge maximale de 30 personnes. L’objectif ? Que les enfants et les parents se sentent un peu comme chez eux. Cela facilite aussi le contact avec les artistes, l’interaction avec les enfants qui sont assis par terre, ce sont des moments très conviviaux.

Le festival du Biberon est organisé par l’ASCA, un centre culturel pluridisciplinaire au coeur d’un quartier populaire, qui œuvre depuis 40 ans pour l’accès à la culture pour tous, la découverte et le partage de créations artistiques de qualité.

“Ici, l’art et la culture sont le ciment du vivre ensemble.”

Festival Impro sur Cour

Impro sur Cour

Site internet: Festival Impro sur Cour (Facebook)

Pendant trois semaines au coeur de l’été se tient un festival dédié à l’improvisation au café-théâtre La Basse Cour, à Grenoble. Des spectacles d’impro sont proposés tous les soirs par des troupes d’amateurs et de professionnels. Le principe de l’improvisation théâtrale, c’est que les comédiens jouent devant un public sans texte ni mise en scène prédéfinie, le tout avec des contraintes temporelles et thématiques. Le spectacle peut prendre de nombreuses formes, par exemple un match où plusieurs équipes s’affrontent, ou un spectacle dont le public décide des thèmes.

Chaque édition est parrainée par des comédiens extérieurs à la région qui proposent des formations à destination des amateurs comme des professionnels. Le public peut également trouver à manger et à boire sur place, favorisant l’échange entre spectateurs et comédiens dans une ambiance chaleureuse.

La Fête de l’Huma

Fête de l’Huma

Site internet: fete.humanite.fr

Début Septembre, plusieurs centaines de milliers de personnes affluent à la Courneuve en Seine-Saint-Denis. Certains viennent pour les têtes d’affiche: Manu Chao, Didier Super, Shaka Ponk, les Négresses vertes, les Fatal Picards et Renaud sont par exemple passé par là. D’autres viennent parce ce qu’ils sont militants et que la fête est un rendez-vous incontournable pour débattre du climat et autres enjeux de société. Et la plupart viennent pour les deux!

La fête de l’Huma a été créée en 1930 par Marcel Cachin (Directeur du journal L’Humanité de 1918 à 1958), pour en faire un événement populaire, une manifestation de « solidarité prolétarienne ».

Espérons qu’elle continue longtemps à réunir toutes les classes autour de la musique, mais aussi du sport, des idées, de l’art et du terroir!

Solidays

Solidays

Site internet: www.solidays.org

Solidays est un festival de musiques actuelles, mais pas que! On y vient pour sa programmation de qualité et on en repart avec un regard un peu différent sur la société. En vingt ans de Solidays, plus de trois millions de jeunes ont foulé les pelouses de l’hippodrome de Longchamps à Paris. Tout en festoyant joyeusement, ils ont été sensibilisés au fait que le bonheur et le progrès ne peuvent naître de l’individualisme, du repli sur soi ou de l’indifférence à l’égard du monde.

Chaque année, outre des rendez-vous musicaux d’exception, le festival propose des temps forts, des conférences et des temps d’échange autour de grandes questions de société et d’actualité. Sans oublier la rencontre avec les 100 associations françaises et internationales du Village Solidarité qui agissent au quotidien sur des thèmes aussi variés que les droits humains, la santé, la pauvreté, l’environnement, le handicap ou l’exclusion.

Solidays est aussi un outil performant contre le sida et la détresse humaine. Grâce à son succès, de nombreux programmes d’aide aux malades et de prévention auprès des jeunes ont pu être financés, ici et ailleurs.

Le festival d’abrivado des Saintes Maries de la Mer

Festival d’Abrivado

Site internet: www.saintesmaries.com

À l’origine, l’abrivado consistait à conduire les taureaux des pâturages aux arènes. Afin de faire ce trajet sans incident, les étaient encadrés par une dizaine de cavaliers disposés selon une formation en V. Lors des traversées de villages, il arrivait souvent que des jeunes s’amusent à faire échapper les bêtes. Afin de limiter les risques de voir les taureaux leur échapper, les gardians traversaient les villages le plus vite possible.

Les taureaux sont maintenant amenés aux arènes dans des camions, mais la tradition des abrivado est bien vivante. Chaque année, pour le 11 novembre, le Festival d’abrivado rassemble plus de 200 cavaliers et 1000 chevaux venus de toute la Provence. Il a lieu sur la plage Est des Saintes Maries de la Mer.

Pour canaliser les taureaux pendant six kilomètres, les gardians et leurs chevaux sont mis à rude épreuve. D’autant plus que les piétons courent devant et tentent de créer une brèche dans le cortège en se pendant au cou des chevaux, en les écartant et les faisant cabrer.

A l’époque, ils étaient surnommés les « charbonneurs » car ils se noircissaient le visage pour ne pas être reconnus. Aujourd’hui, ils agissent à visage découvert et rivalisent d’ingéniosité pour perturber les chevaux. Le jeune cheval qui se fait “charbonner” mais reste droit dans ses sabots fait non sans raison la fierté de son cavalier.

Fusion du plaisir de monter et des traditions de Camargue, cet événement équestre annuel aux Saintes Maries est à l’image de la fougue des coutumes camarguaises et de l’amour que l’on porte ici aux chevaux.

La Nuit Blanche des Livres

Nuit Blanche des Livres

Site internet: motsenmarge.com

Des milliers de lecteurs se pressent chaque année sous la halle de la place de la Liberté, à La Garenne-Colombes en région parisienne. De 18 heures à minuit, des dizaines de bénévoles et de passionnés, commerçants et restaurateurs du quartier font de cette place de village un cœur battant de la littérature.

Il y en a pour tous les goûts, du polar au livre jeunesse. Une cinquantaine d’auteurs sont présents pour des dédicaces. Certains sont des grandes stars dans le milieu (Delphine de Vigan, Jean-Christophe Rufin, Sylvain Tesson ou David Foenkinos, pour n’en citer que quelques-uns) mais dans le public, nombreux sont ceux qui viennent au hasard se promener, histoire de troquer une énième soirée télé pour une soirée littéraire. Passée l’appréhension du début, car chacun pense à tort être le seul à ne pas connaître l’œuvre intégrale de chaque auteur, on s’enhardit à discuter avec des auteurs et à leur acheter quelques livres de poche, prenant seulement le risque d’enrichir sa bibliothèque personnelle d’un best-seller captivant.